La construction écologique en Guyane !

La construction Žcologique en Guyane
2318-10.JPG
13-mediathèque.jpg
_MG_0047.jpg
61_lycee_damas_231106.jpg

Accès adhérents

Ressources

Accueil Solutions techniques Les Ă©co-gestes Transports

Les Ă©co-gestes

Transports

Adopter un comportement éco-citoyen à travers ses choix de transports et ses modes de déplacements, c'est facile, c'est écologique et cela permet de rester en bonne santé. Il s'agit d'utiliser les transports doux, tant que cela est possible : marche à pied, vélo, roller, trottinette... et de toujours privilégier les transports propres sur l'utilisation de l'automobile.

Les éco-gestes en matière de déplacements, c'est éviter au maximum l'utilisation de l'automobile, et si elle s'avère obligatoire, utiliser une voiture peu émettrice de CO2, adopter une éco-conduite, et pratiquer le covoiturage.
Adopter une attitude éco-citoyenne, c'est se demander systématiquement si le déplacement ne peut pas être évité, par l'utilisation des nouvelles technologies par exemple (visioconférence, internet, conférence téléphonique...)

Les éco-gestes en matière de transport

 

Le choix du mode de transportbiik1

  • Préférer les modes de transport alternatifs. Les transports alternatifs regroupent ces modes de transports que l'on croit trop souvent réservés aux plus jeunes : bicyclette, rollers, patinette, skateboard peuvent vous faire gagner du temps et de l'argent. La marche à pied est encore le mieux lors des petits trajets qui sont les plus pollueurs et les plus nombreux. 30 minutes de marche à pied dynamique est nécessaire chaque jour pour notre santé.
  • Opter pour le covoiturage. 95% des voitures sont occupées uniquement par leur conducteur. Demander à ses collègues, ses amis, faire circuler des listes pour centraliser les besoins. Plus de passagers, c'est moins de voitures et donc moins de bouchons sur les routes. Cela permet également de réduire sa consommation de carburant, et donc ses dépenses, car les factures d'essence sont partagées. De plus, on économise l'utilisation de sa voiture, car il y a une alternance des véhicules.

 

Acheter et préparer sa voiture

  • Bien gonfler ses pneus. Des pneumatiques sous gonflés entraînent une surconsommation. Par exemple, un sous gonflage de 0,5 bar (sous gonflage dangereux) c'est 2,4 % de consommation supplémentaire, soit 33 € et 58 kg de CO2 par an, selon l'ADEME. Il est important de vérifier la pression de ses pneus au minimum tous les deux mois, cela permet de réaliser des économies et de garantir la sécurité de son véhicule. Pour le faire correctement, il ne faut pas avoir conduit plus de 3 kilomètres (pneus froids). Enfin, à vélo, il y a moins d'efforts à faire avec des pneus bien gonflés.
  • Entretenir son véhicule. Un véhicule mal entretenu peut entraîner une surconsommation de carburant pouvant aller jusqu'à 25 %. Un filtre à air encrassé fait consommer 3 % de plus et un moteur mal entretenu, encore plus, soit près de 40 € sur l'année et 70 kg de CO2. Il existe également des pneus "basse consommation" qui permettent d'économiser 70 € par an et 120 kg de CO2, selon l'ADEME. 
  • Faire vérifier périodiquement le parallélisme des roues.
  • Choisir des véhicules peu consommateurs. Les deux roues comme certains scooters et les petites voitures urbaines affichent les meilleurs résultats en faveur de l'air : leur consommation ainsi que leurs rejets sont faibles. Pour en savoir plus, consultez le dossier de l'ADEME qui publie tous les ans un comparatif des émissions de polluants par véhicule, vous pourrez notamment vérifier les émissions de CO2 de votre véhicule : http://www.ademe.fr/auto-diag/transports/rubrique/CarLabelling/accueil.asp
  • Limiter l'utilisation des voitures 4x4. Les véhicules dits "tout-terrain" sont les plus polluants avec un surplus de consommation de 4 litres/100 km par rapport aux autres véhicules. Les 4x4 émettent jusqu'à trois fois plus de CO2 qu'une petite voiture économe. Et, à 50 km/h en ville, ces engins à quatre roues motrices consomment deux fois plus de carburant (du diesel dans 80 % des cas) que des modèles classiques.
  • Préférer les véhicules pourvus d'un catalyseur et d'un filtre à particules ou, mieux encore, les véhicules électriques ou hybrides.
  • Éviter les galeries sur la voiture. Tant que possible, trouver d'autres moyens pour transporter beaucoup d'affaires : elles entraînent une surconsommation de 10% à 120 km/h, soit 1€ et 1,75 kg de CO2 tous les 100 km selon l'ADEME. Transporter les charges dans le coffre plutôt que sur une galerie ou dans une remorque, qui alourdissent le véhicule et détériorent son aérodynamisme. De plus, les galeries peuvent être à l'origine d'accidents lorsque les attaches cèdent. 
  • Pour nettoyer votre voiture. Préférer les stations de lavage qui consomment moins d'eau (de 50 à 60 l pour un lavage à haute pression contre 150 l pour un lavage aux rouleaux et près de 200 l par vous même) et sont équipées d'évacuations adaptées pour les eaux usées polluées par les produits nettoyants, les hydrocarbures et des résidus divers qui se sont accumulés sur la voiture. 
  • Inspecter régulièrement son véhicule pour déceler les fuites d'huile et, le cas échéant, faire les réparations nécessaires.
  • Porter l'huile de vidange, les pièces usagées et autres déchets (restes d'antigel...) à une station-service ou à un garage. 
  • Rapporter la batterie usagée chez le garagiste ou chez un revendeur de pièces automobiles, à un dépôt de recyclage ou une déchetterie. La batterie de voiture est constituée de plomb, d'acide sulfurique et de plastique. Particulièrement toxique et polluante, elle ne doit jamais être abandonnée dans la nature. Le plomb, fondu et affiné, sert à la composition de nouvelles batteries. L'acide est traité. Le plastique est utilisé pour fabriquer de nouvelles pièces automobiles.

 

Une conduite automobile responsableconsommationcopie

  • Ne pas disperser de détritus par la portière du véhicule.
  • Modérer sa vitesse et sa nervosité. Une conduite souple et sûre permet un gain de carburant de 40 % : éviter les freinages, les changements de rapports inutiles (20% d'économies), anticiper les ralentissements, utiliser le frein moteur en décélérant pied levé avec une vitesse enclenchée. 
  • Réduire sa vitesse. La plupart des véhicules ont un rendement énergétique maximal entre 80 et 100 km/h. Réduire sa vitesse, c'est réduire sa consommation de carburant.
  • Éviter au maximum de circuler en automobile en cas de grande chaleur.
  • Éviter la climatisation. Bien qu'elle équipe 3 véhicules neufs sur 4, la climatisation est une source d'émission supplémentaire de gaz à effet de serre. En effet, une voiture climatisée consomme de 1 (sur route) à 3 (en ville) litres supplémentaires sur 100 km, soit 10 à 25% de surconsommation de carburant. Les émissions de CO2 dues au fonctionnement de la climatisation peuvent atteindre environ 2,6 kg CO2/100 km, soit 15 % de plus, selon l'ADEME. Celle-ci peut même atteindre les 50% lorsque le moteur est froid. Enfin, les climatiseurs d'automobiles utilisent des tuyauteries souples qui perdent, chaque année en moyenne, 15 à 20% du gaz frigorigène, gaz à effet de serre puissant et fortement nocif notamment pour la couche d'ozone. 
  • Couper son moteur à l'arrêt. Dès que l'on s'arrête plus de 20 secondes, le moteur peut être arrêté. En effet, l'arrêt/redémarrage du véhicule consomme moins que de laisser tourner son moteur au-delà de 20 secondes. 
  • Utiliser du supercarburant SP 95 et non SP 98 : ce dernier contient des produits très toxiques, souvent cancérigènes, et n'est pas adapté aux moteurs récents. 
  • Ne pas rouler avec les feux de croisement lorsque les feux de position (ou aucun feu) suffisent.
  • Ne pas transporter de choses inutiles afin de consommer moins et de préserver les qualités routières de votre véhicule.

 

 
Site internet financé par la Région Guyane
Tous droits réservés - Informations légales & techniques
Haut de page