La construction écologique en Guyane !

La construction cologique en Guyane
Salon habitat 2008.jpg
_MG_6045.JPG
_MG_5904.jpg
31_lycee_damas_231106.jpg
Accueil Solutions techniques Les éco-gestes Les déchets

Les éco-gestes

Les déchets

Trier et recycler les déchets, c'est transformer la matière première pour l'utiliser de nouveau. La plupart des emballages sont fabriqués à partir de ressources naturelles extraites des richesses de la terre et qui s'épuiseront un jour. Pour ne pas gaspiller et polluer notre atmosphère, il est important de recycler ces matières...

Recycler est le moyen le plus intelligent de protéger notre planète. sanstitreLes journaux et magazines peuvent renaître sous forme de carton ou de papier journal, les bouteilles en plastique sous forme de tuyau et même de pull-over...
Le tri doit être un geste simple et naturel. Il s'agit de séparer chez soi les déchets dits « propres et secs » (emballages ménagers, cartons, journaux et magazines...) des autres déchets dits « putrescibles ».

On distingue principalement quatre types de déchets.


  • Les déchets biodégradables ou compostables (résidus verts, restes alimentaires...). Ces déchets sont au moins pour partie détruits naturellement, plus ou moins rapidement, en général par les bactéries, champignons et autres micro-organismes et/ou par des réactions chimiques (oxydation, minéralisation), laissant des produits de dégradation identiques ou proches de ceux qu'on peut trouver dans la nature, parfois néanmoins contaminés par des résidus de pesticides, de métaux, dioxines, etc, selon leur origine. Ils peuvent être revalorisés par différentes filières (bioénergie, biocarburants, compostage/engrais...).
  • Les déchets recyclables (matériaux de construction, métaux, matières plastiques) : ces matériaux peuvent être réutilisés tels quels dans d'autres domaines ou recyclés : par exemple, les métaux sont refondus et réintégrés dans de nouvelles pièces, les plastiques sont hachés et servent de rembourrage ou de combustible...
  • Les déchets spéciaux et déchets industriels dangereux, dont les déchets toxiques et les déchets radioactifs qui doivent faire l'objet d'un traitement particulier en raison de leur nocivité particulière liée à la radioactivité.
  • Les déchets ultimes qui « ne sont plus susceptibles d'être traités dans les conditions techniques et économiques du moment». Eux seuls devraient encore pouvoir être mis en décharge pour les plus dangereux.

 

Des exemples de déchets particuliers :

 

  • Les médicaments usagés doivent être retournés dans une pharmacie, et en aucun cas jetés à la poubelle. De plus, il est inutile d'accepter une nouvelle boite de médicaments s'il vous en reste suffisamment pour la suite du traitement : ça évite le gaspillage.
  • Les téléphones portables : un téléphone contient en majorité du plastique qui peut être recyclé. Les parties métalliques (or, argent, cuivre, métaux ferreux...) peuvent aussi être récupérées. Un téléphone portable contient une batterie. Comme une pile, une batterie est un déchet dangereux qui ne doit pas être jeté avec les ordures ménagères. Lors de l'achat d'un nouveau portable, vous pouvez remettre votre ancien appareil à l'opérateur. S'il est encore en bon état, il peut être testé avant d'être réutilisé ou servira de source de pièces de rechange. Autrement il sera séparé en éléments de base recyclables. Les parties non recyclables seront incinérées. 
  • Les pneus : depuis juin 2004 en France, les pneus usagés doivent être récupérés par les fabricants. Les garagistes reprennent les vieux pneus lorsque l'on en achète des neufs. Les pneus usés peuvent servir de revêtements de sol ou de combustibles dans les cimenteries. 
  • Les déchets ménagers spéciaux (DMS) : il s'agit de tous les déchets toxiques tels que peintures, solvants, pesticides, tubes fluorescents, thermomètre à mercure, certains produits d'entretien (déboucheurs, dégraissant pour four, ammoniaque...) qui ne doivent surtout pas être jetés avec les ordures ménagères classiques, ni versés dans les égouts. Ces produits nécessitent un traitement particulier.

 

La gestion des déchets.

 

La gestion des déchets est un processus qui intègre à la fois la production des déchets et leur traitement.
La production correspond aux choix des produits à la source, à leur utilisation, à leur valorisation. Le traitement correspond au tri des déchets, à leur collecte, au transport, et au traitement et/ou le stockage des déchets.
Le principe des 3 R - Réduire, Réutiliser, Recycler - permet de réduire la production d'ordures ménagères nécessitant un traitement collectif.

 

1) Réduire

Le meilleur déchet est celui qu'on n'a pas produit. Réduire les déchets à la source est la meilleure solution pour diminuer ses déchets et économiser les matières premières comme le bois, le pétrole ou l'eau. Il s'agit par exemple de réfléchir quand on est dans un magasin et de se demander si ce qu'on achète correspond vraiment à un besoin...

  • Utiliser un cabas ou un caddie pour les courses et refuser ainsi les sacs plastiques.
  • Acheter des produits qui ne sont pas suremballés, des recharges, des grands formats ou en vrac. 
  • Acheter des appareils de qualité qui dureront longtemps. 
  • Éviter les produits jetables (lingettes, appareils photo, vaisselle en carton...). 
  • Choisir les produits porteurs d'un ecolabel qui garanti un maximum de précautions envers l'environnement, notamment sur les emballages.
  • Abandonner lingettes, mouchoirs en papier et essuie tout pour les bons vieux torchons et mouchoirs en tissu.
  • Coller un « Stoppe la pub » sur sa boîte aux lettre. Inutile d'encourager la destruction des forêts.
  • Réparer plutôt que jeter... Essayer au moins !
  • Apprendre aux plus jeunes à trier les déchets et à ne pas jeter les papiers par terre.

2) Réutiliser

Réutiliser ou réemployer, c'est prolonger la durée de vie d'un objet en le réparant ou en lui affectant une nouvelle place.  Certains emballages sont également consignés et peuvent donc être rapportés au vendeur qui les retournera au fabricant du produit, fabricant qui réutilisera l'emballage pour emballer un nouveau produit.

  • Entretenir et réparer les objets
  • Réutiliser les papiers imprimés d'un côté comme brouillons, réutiliser les sacs plastiques comme sacs poubelle, des emballages comme rangements... 
  • Louer ou emprunter au lieu d'acheter ce dont on fait peu usageDonner ce dont on n'a plus besoin à des proches ou des associations 
  • Acheter/Revendre d'occasion dans des dépôts-ventes, des braderies, sur Internet...

 

3) Recyclertri

Recycler, c'est fabriquer un nouvel objet à partir d'un vieil objet. Le déchet devient une ressource. Par rapport à la réduction et à la réutilisation, le recyclage a l'inconvénient de souvent nécessiter de l'énergie pour le transport et la transformation.

  • Acheter des produits recyclables et recyclés.
  • Faire du compost, qui sert d'engrais.
  • Utiliser des cartouches d'imprimantes recyclées ou remanufacturées. 
  • La récupération permet de bricoler de nouveaux objets. 
  • La collecte sélective pour les emballages, le verre, le papier, les piles, les médicaments. 
  • Les prospectus de publicités peuvent servir à fabriquer des briques de liant papier pour plus tard être utilisés en construction. 
  • L'huile de friture usagée filtrée à 5 microns peut servir de biocarburant. 
  • Le carton : chaque tonne de briques alimentaires recyclées permet d'économiser 2 tonnes de bois.
  • L'acier et l'aluminium : jetée en décharge, une boîte en acier mettrait 100 ans à disparaître.
  • Le plastique : chaque tonne de plastique recyclé permet d'économiser 700 kg de pétrole brut.
  • Le verre : ce matériau est recyclable à 100 % et indéfiniment.

A savoir : durée de vie dans le sol par déchet :


duree_de_vie_d_un_dechet











 

 

 

 

 

 

 

 

La déchetterie intercommunale de Rémire-Montjoly.

Dès 1999, la Communauté de Communes du Centre Littoral s'est investie dans la réalisation de la première déchetterie intercommunale, qui a ouvert ses portes en mars 2002 sur la commune de Rémire-Montjoly.

Le rôle de la déchetterie est de lutter contre les dépôts sauvages, collecter et traiter les déchets dangereux des ménages et valoriser les déchets (déchets verts, ferraille, verre...). Les principaux utilisateurs de la déchetterie sont les habitants et professionnels de Rémire-Montjoly (69 %), Cayenne (18 %) et Matoury (11 %).

Prévue initialement pour desservir de 20.000 à 30.000 habitants, la déchetterie intercommunale à Rémire-Montjoly est le seul équipement de ce type sur le territoire de la CCCL. Elle dessert pour l'instant la totalité des habitants du territoire, soit environ 100.000 habitants.

 

Que deviennent les déchets de la déchetterie ?11

  • Les déchets verts : valorisation en compost à la plate-forme de compostage intercommunale (Matoury)
  • Les DEEE : les déchets d'équipement électronique et électrique sont des déchets dangereux retraités (métropole)
  • Le verre : valorisation en sous-couche routière en Guyane
  • La ferraille : stockage en vu d'un recyclage 
  • Les pneumatiques : valorisation en cimenterie (métropole)
  • Les textiles et la brocante : dons à des associations caritatives
  • Les batteries : déchets dangereux retraités (métropole)
  • Les huiles usagées : déchets dangereux retraités (métropole)
  • DMS : les déchets ménagers spéciaux (batteries, huile usagée, piles...): retraités (métropole)
  • Les gravats : récupération ou mise en décharge.
  • Les encombrants : mise en décharge (Cayenne).

 

Les déchets de verre en Guyane.

En Guyane, les déchets de verre servent désormais à construire les routes, en réduisant ainsi le volume des déchets.

Les habitants de Guyane peuvent contribuer à la construction et à la réfection des routes : depuis la fin 2006, leurs déchets en verre sont collectés et valorisés en sous-couche routière. En quatre mois, 70 tonnes de verre ont été récupérées, grâce à une opération «coup de poing» organisée par la délégation Guyane de l'ADEME. La Communauté de Communes du Centre Littoral (CCCL) a financé dix conteneurs répartis à Cayenne, Matoury et Rémire-Montjoly.
Le broyage du verre recueilli a lieu sur une aire de stockage ouverte par l'entreprise de BTP partenaire. La valorisation en sous-couche routière rend ainsi possible la valorisation locale des déchets de verre.

 

 

Le compostage.

compost

Le compostage est le recyclage par excellence. C'est un mélange fermenté de résidus organiques et minéraux, utilisé pour fertiliser la terre du jardin potager, du jardin d'agrément ou des plantes en pot. Le compostage favorise ainsi la création d'un engrais naturel, le compost, pour les plantations et le jardin, mais elle permet aussi de diminuer le volume de déchets qu'une habitation produit.
Idéalement, les matières à placer dans le compost doivent être sèches et disposées en alternance selon leur composition. On alterne ainsi les couches d'éléments azotés avec celle de matières riches en carbones, puis on termine par une couche de terre fine dans le but d'activer le processus.
Ces différentes couches ne doivent pas dépasser 5 cm d'épaisseur afin que le processus naturel de formation du compost s'active facilement.
Idéalement, un bon compost comporte 60% de matières riches en carbone et 40% de résidus azotés.

Les matières riches en carbone

Les matières riches en azote

  • Les sciures et copeaux de bois
  • Les tontes de pelouse et gazon (avec modération)
  • La paille de blé ou autre
  • Les restes de légumes
  • Les mouchoirs en papier, les essuie-tout
  • Les restes de fruits
  • Certains tissus en fibre naturelle
  • Le marc de café et les filtres papier
  • Les fonds de pots de fleurs ou de jardinières
  • Les sachets de thé
  • Les litières animales (sans les déjections)
  • Les coquilles d'œufs
  • Les orties entières avant la floraison
  • Les couennes de jambon
  • Les algues marines dessalées à la pluie
  • Les croûtes de fromage
  • Les cheveux, les poils, ongles, plumes...
  • Les coques de fruits secs
  • Les feuilles saines
  • Les restes de pâtes sans graisse et sauce
  • Les fleurs fanées
  • Les restes de céréales (sans graisse, lait ou sauce)

Ne pas composter :

  • Les végétaux malades ou porteurs de maladies
  • La viande, le poisson, les produits laitiers, les matières grasses (beurre, huile...)
  • Les excréments d'animaux carnivores (chats, chiens...)
  • Les plantes montées en graines
  • Les racines de plantes fraîchement déracinées
  • La cendre de bois
  • Tous les végétaux traités avec des produits chimiques
  • Le verre, les métaux, le gravier, le sable 
  • Les déchets médicaux

Comment obtenir un compost de qualité ?

  • Brasser et mélanger les déchets organiques pour faciliter l'aération et éviter le pourrissement. Vous pouvez le faire tous les 15 jours ou 3 semaines ou à chaque ajout de matières. Par ailleurs, le compostage est plus efficace quand les morceaux de matière organique sont de petite taille.
  • Faire attention au taux d'humidité. Trop d'humidité empêche l'aération. Le processus de fermentation est freiné et des odeurs se dégagent. Pas assez d'humidité bloque la fermentation. L'idéal est donc d'avoir un contenu humide, un peu comme une éponge essorée.
  • Couvrir le bac à compost, afin de protéger les déchets du dessèchement ou du détrempage dû aux précipitations.

 

Questions-réponses sur le compostage

  • En ce qui concerne les odeurs... Un tas de compost correctement géré ne sent pas mauvais. Si des odeurs apparaissent, il y a probablement trop de matières azotées (tondes de gazon par exemple). Pour corriger, il suffit d'ajouter des feuilles mortes. Les mauvaises odeurs peuvent venir aussi d'un manque d'aération.
  • Mon tas de compost attire les insectes, les rats... En recouvrant les matières azotées par celles contenant du carbone (voir liste), ce problème est évité.
  • Quand mon tas de compost est-il prêt à l'emploi ? Au bout de 4 mois minimum, votre compost est prêt à être utilisé. Il doit être homogène, de couleur sombre, s'émietter facilement et avoir une bonne odeur d'humus. Il est conseillé de tamiser le compost pour éliminer les matières qui ne sont pas complètement décomposées. Celles-ci seront remises sur le tas de compost.
  • Le tas de compost ne se réduit pas, ne produit pas de chaleur ? Le processus n'est pas activé. Il faut arroser le tas avec de l'eau de pluie quand c'est trop sec ou l'assécher quand c'est trop humide (étaler les matières au soleil durant quelques heures ou incorporer de la terre bien sèche). De plus, vous pouvez aérer le tas en le retournant à l'aide d'une fourche, et ajouter des branches pour que l'air circule mieux.

 

Réalisation d'un bac à compostcompost_bin

Un compost peut être réalisé en tas directement sur la terre ou en composteur, qui doit être aéré et accessible. Pour fabriquer un bac à compost simple et économique, il suffit de constituer un enclos en bois avec 4 palettes de récupération et une plaque de tôle en guise de couvercle. Le bac ne doit pas avoir de fond, il doit être au contact direct avec la terre ou le gazon. De plus, les planches en bois ne doivent pas être jointives pour que l'air circule à l'intérieur du bac. Pour une famille composée de 4 personnes, 1 m3 de compost est suffisant.

 

Pour en savoir plus :

Vous pouvez consulter le site de l'ADEME Guyane :
http://www.ademe-guyane.fr/index.php?action=59&menu=2



 
Site internet financé par la Région Guyane
Tous droits réservés - Informations légales & techniques
Haut de page